Soleil

Retour à la maison

Ce billet ne sera pas drôle. Je ne vous raconterai pas les aventures des co-chambreurs du 4676, parce qu’au final, les humains desquels on a envie de rire sont presque toujours vraiment paumés. Je vais les laisser tranquille. J’espère qu’ils guérissent bien et qu’ils sont heureux.

De mon côté, je suis entrée à l’hôpital parce que je faisais de la fièvre. On a donc fait tous les tests possibles pour découvrir une infection, en vain. Sur la fin, alors que je suppliais la résidente de me donner des Immodiumparce que c’est « normal » pour moi d’avoir la diarrhée, l’infectiologue est débarquée avec un soupçon de c. difficile et une isolation. Pas dans une pièce à part, dans mon rideau, avec la mission de produire un échantillon de selles sans pipi (pas facile).

J’ai passé mon TEP Scan le mercredi matin (il y a deux semaines). Mathieu est venu passer l’après-midi avec moi pour être là lorsque l’oncologue allait passer. Il est passé en fin de journée, il avait perdu de son optimisme habituel. Les masses qui étaient dans les ganglions et dans les poumons avaient diminué, mais celles dans le foie et dans les os avaient augmenté.

Il a dès lors annoncé qu’on arrêtait le traitement en cours, pour en essayer un autre, dès le lendemain. Ce fut un choc puisqu’on avait tous un bon espoir dans le premier traitement. Le second m’apparait comme moins garant d’efficacité. Les seules bonnes nouvelles sont qu’il donne moins d’effets secondaires, qu’il ne nécessite pas de médication complémentaire (souvent source d’effets désagréables) et qu’il ne fait pas tomber les cheveux.

Dès qu’on a levé l’isolation, j’ai pu retourner à la maison. La conclusion étant que la fièvre est liée à la maladie elle-même. C’est assez intense et difficile à gérer. Mais ce qui m’handicape le plus c’est le manque d’énergie. Avoir à m’asseoir pour reprendre mon souffle après avoir descendu les escaliers, c’est traumatisant.

Je sais très bien qu’il faut rester positif et laisser la chance au traitement de fonctionner. Mais il ne faut pas dénier les faits non plus. Hier, je me suis tâtée une masse épeurante dans l’abdomen. Mon état général est si mauvais que je ne vois pas comment quelques molécules pourraient venir à bout de de toutes ces cellules maléfiques qui se multiplient en moi.

Bref, la fin s’en vient. C’est ça qui est ça. Y’a pas d’autre manière de le dire. J’aimerais ça que tu l’acceptes, que tu ne m’envoies pas de recette miracle pour guérir et que tu comprennes que je ne peux pas répondre à tes Messenger.

Une réflexion au sujet de « Retour à la maison »

  1. Je pense encore à toi Catherine même si je me doute que tu n’es plus là. J’espère que ton fils retrouvera chez son père et dans sa famille, la passion et l’amour qui t’animaient.

Laisser un commentaire